Classes préparatoires

littéraires

Lycée Hélène Boucher

2019: un admis et trois sous-admissibles à l'ENS Lyon,
six admis.es à l'Ecole du Louvre,
six admis.es en Ecoles de commerce, Celsa, Sc. Po.
 

Que fait-on en hypokhâgne ?

La première année, dite « Lettres supérieure » ou « hypokhâgne », fait la transition entre l’enseignement secondaire et le supérieur.

Il s’agit de découvrir les exigences des concours, de perfectionner ses méthodes de travail, de renforcer ses connaissances fondamentales, d’agrandir sa culture générale, d’améliorer son expression écrite et de devenir meilleur orateur.

Pour cela, l’étudiant suit en moyenne 25 heures de cours par semaine et consacre environ 40 heures au travail personnel par semaine, de septembre à juin. Pour apprendre à gérer son stress, organiser son travail et évaluer sa situation, l’étudiant bénéficie en outre de plusieurs devoirs surveillés, de deux concours blancs et d’évaluations individuelles à l’oral (colles).

Enseignements communs :

 

Littérature 

L'étudiant qui entre en Lettres supérieures doit posséder de bonnes bases en histoire littéraire, et un goût pour la lecture d'œuvres classiques, du XVIe au XXe siècles. Le cours étudie en effet les différents genres littéraires, en s'appuyant sur un programme d'œuvres et de textes déterminés par le professeur (5h par semaine). Des exercices divers sont proposés : commentaires composés, explications de textes et surtout dissertations exigeant de solides qualités de réflexion et de rédaction. L'objectif pour l'étudiant est d'acquérir une culture solide dans tous les genres littéraires, de la rigueur dans le travail et le raisonnement, mais aussi de développer sa curiosité et son envie de questionner les sujets et les œuvres.

Géographie

La géographie en LS est une initiation à la dimension universitaire de la discipline. Elle consiste en une approche de la géographie régionale (France, diverses régions du monde) et générale (physique, thématique) qui prépare à l'année de PSup

Histoire

Le programme couvre plusieurs périodes (histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine). A travers l'étude de différentes questions, l'étudiant doit acquérir une solide culture historique, tout en se familiarisant avec les épreuves qui seront proposées aux concours en 2ème année : composition (5h), commentaire de texte historique (3h), évaluation orale (khôlle 1h30). La sensibilisation aux différentes sources de l'histoire, la formulation de problématiques permettant d'aborder des questions historiques sous un angle dynamique et fécond, la découverte en somme de la méthode historique sont les principaux enjeux de l'année d'hypokhâgne.

Philosophie

La 1ère année se fonde sur les acquis de Terminale et mène une vaste enquête sur une problématique contemporaine qui remet en jeu l'histoire de la pensée ; elle parcourt ainsi les dominantes du programme : la morale, la politique, le droit, l'art et la technique, la science et les sciences humaines. Elle se concentre également sur la méthode de la dissertation universitaire.

Langue et culture de l'Antiquité

1 heure de Culture de l’Antiquité sur le thème fixé par les ENS de Paris et de Lyon pour deux ans : LES DIEUX ET LES HOMMESpour l’année scolaire 2018-2019 par exemple. Ce cours se fonde sur la lecture d’œuvres et de textes traduits du grec et du latin, pour en dégager les enjeux culturels, intellectuels et littéraires, dans une perspective anthropologique, sans jamais perdre de vue leur fécondité et leur postérité, mais aussi sur l’analyse d’œuvres d’art et plus généralement du matériel archéologique qui éclairent ces deux civilisations dont nous sommes certes les héritiers mais qu’il est bon de poser dans leur altérité et leur singularité. 

Langue vivante A : Allemand, Anglais, Espagnol

Les cours de langues vivantes en LS visent à renforcer les bases grammaticales, améliorer les techniques de traduction et d'expression, aborder des articles de presse et des extraits d'œuvres littéraires. L'enseignement destiné aux LVA vise tout particulièrement à préparer l'épreuve écrite des Écoles normales supérieures, c'est-à-dire la traduction en français et le commentaire composé d'un texte en prose.

 

 

Options: 

Géographie complémentaire

L'option géographie consiste en l'apprentissage du commentaire de documents cartographiques sur la France pour préparer l'épreuve en 3h du concours ; cet apprentissage s'étale sur les deux années à raison de 2h puis 4h semaine.

Histoire et théorie des arts 

Cette option est ouverte à tous les étudiants intéressés par cette discipline, mêmes les débutants. En 1ère année, il apprendra à regarder une œuvre d'art et à utiliser un vocabulaire technique, il découvrira les bases théoriques de cette discipline ainsi que les courants et les mouvements artistiques.

Langue vivante B: Allemand, Anglais,  Espagnol

L'enseignement destiné aux LVB a  pour objectif principal de préparer les étudiants à tout type d'épreuves de concours (écoles de commerce, CELSA).

Latin spécialité

2 heures d’initiation à la littérature latine où sont étudiésdes textes choisis en fonction de la thématique de Culture de l’Antiquité. Cet enseignement consiste à approfondir sa connaissance de la langue latine par la pratique de la traduction et la pratique du commentaire qui suppose la prise en compte d’une approche pluri- et inter- disciplinaire (littéraire, historique, anthropologique, philologique, philosophique...). Ce cours est ouvert aux latinistes grands débutants comme aux latinistes confirmés.

 

À l’issue de la première année, l’étudiant choisit de manière définitive la spécialité qu’il souhaite pour la suite de ses études. Le conseil de classe se réunit pour permettre ou non le passage en khâgne.

En cas de refus, l’étudiant a en principe la possibilité de s’inscrire en deuxième année de licence dans l’université de son choix ou de changer d’orientation. L’objectif de l’hypokhâgne n’est pas de sélectionner drastiquement les meilleurs, mais de donner au plus grand nombre d’étudiants possible les moyens d’accéder en seconde année.

 

Que fait-on en khâgne ?

La seconde année, dite « Première supérieure » ou « khâgne », comprend moins d’heures de cours que la première, mais implique plus de travail personnel, en particulier dans la spécialité choisie par l’étudiant. 

Le programme change tous les ans dans la plupart des matières. L’objectif est de se préparer aux épreuves écrites de l'ENS Lyon (qui ont lieu généralement en avril) et aux épreuves orales (en juin pour les candidats admissibles).

Comme en première année, les étudiants ont plusieurs devoirs sur table, trois concours blancs et des entraînements individuels à l’oral.

À l’issue de la seconde année, le conseil de classe se réunit pour proposer à certains étudiants de  tenter une deuxième fois leur chance aux concours en restant une année supplémentaire en classe préparatoire (année de cube). Dans tous les cas, le conseil propose des équivalences de la L2 (pour les carrés) et de la L3 (pour les cubes) dans les spécialités demandées, représentées en khâgne.

Enseignements communs :

 

Littérature

Le cours de tronc porte sur le programme déterminé chaque année par les deux Ecoles normales supérieures ; ce cours prépare les étudiants à une dissertation portant sur ce programme, et qui présente un haut niveau d'exigence (5 h par semaine). Un certain nombre de lectures critiques sont recommandées ; elles permettent aux étudiants d'approfondir et de problématiser leur approche.

Géographie

Le programme change chaque année en alternant sur les deux dimensions énoncées pour la première année : géographie régionale (France, diverses régions du monde) et générale (physique, thématique). L'épreuve écrite est une dissertation en 5h accompagnée d'un croquis.

Histoire

Le programme d’histoire change chaque année avec en alternance soit une question d’histoire contemporaine portant sur la France, soit une question portant sur une autre région du monde. Les étudiant(e)s s’entraînent à une composition d’une durée de 6 heures.

 

Philosophie

L'une des dominantes citées dans la présentation de la première année devient celle du concours et le cours s'y consacre entièrement, afin de préparer une dissertation de 6h. On s'attache pendant toute la durée de cette formation à donner aux étudiant(e)s de solides repères pour comprendre les enjeux des réflexions et des débats actuels, avec un regard constant sur la littérature, les arts et la société..

Langue et culture de l’Antiquité (latin)

2 heures de latin pour préparer l’oral des concours de l’ENS ou des écoles de commerce où l’on s’exerce aux deux exercices proposés aux concours : la traduction et le commentaire d’un texte en lien avec le thème étudié en première année. Deux objectifs donc : maîtrise de la langue et connaissance de la civilisation latine à travers des textes canoniques et fondateurs. 

s

Langue vivante A-B : Allemand, Anglais,  Espagnol

L'enseignement destiné aux LVA vise tout particulièrement à préparer l'épreuve écrite des Écoles normales supérieures, c'est-à-dire la traduction en français et le commentaire composé d'un texte en prose. 

L'enseignement destiné aux LVB a quant à lui pour objectif principal de préparer les étudiants à tout type d'épreuves de concours (écoles de commerce, CELSA).

Spécialités:

Histoire et théorie des arts

En 2ème année, les cours se concentrent sur les questions proposées au concours de l'ENS. Tout le long des deux années lui seront proposées des visites aux musées et aux expositions parisiennes. Grâce à l'acquisition d'un regard avisé sur les œuvres et de solides connaissances théoriques, à la fin de ce parcours l'étudiant devra maîtriser les exercices de la dissertation et du commentaire d'œuvres d'art.

Histoire-géographie

L'option géographie consiste en l'apprentissage du commentaire de documents cartographiques sur la France pour préparer l'épreuve en 3h du concours ; cet apprentissage s'étale sur les deux années à raison de 2h puis 4h semaine.

Lettres modernes

Les étudiants sont préparés à une épreuve de commentaire composé hors programme et à une épreuve orale de littérature comparée (6h par semaine). L'objectif des cours de spécialité est d'élargir leur culture littéraire, et de leur faire aborder avec aisance des textes très variés, allant du XVIIe au XXIe siècle.

 
 

Le lycée est situé dans le XXe arrondissement au niveau de la station de métro "Porte de Vincennes". Le XXe est connu pour son ambiance étudiante (logements relativement abordables) et ses théâtres, la place de la Nation pour ses cinémas. L'hyper-centre parisien est joignable en 10 mn par la ligne 1. La Bibliothèque François-Mitterrand  est joignable rapidement en bus tout comme  le Parc de Vincennes. 

L’internat du lycée Maurice Ravel met à notre disposition une quinzaine de chambres. Pour plus de renseignements, contacter le lycée Hélène Boucher (rubrique accueil ou "comment s'inscrire" de ce site). 

Pour bénéficier d’une place en internat de la réussite, il faut faire sa candidature sur  https://www.parcoursup.fr/ et respecter toutes les étapes de la  procédure "Parcours sup". L’hébergement proposé aux candidats admis se situera sur l’un des deux sites du lycée d’État Jean Zay (Jean Zay XVIe ou Lourcine XIIIe). 

 

Vous pouvez vous inscrire pour recevoir des informations générales concernant notre CPGE, en vue d'une première inscription

 

Résultats

La classe préparatoire littéraire d'Hélène Boucher prépare le concours de l'Ecole normale supérieure de Lyon. Toutes les matières enseignées donnent lieu à des épreuves (tronc commun ou spécialité). Les admis à l'ENS deviennent des étudiants stagiaires et suivent leurs cours dans leur Ecole tout en gardant un lien avec l'Université.

Les "admissibles" ont réussi l'écrit, les "sous-admissibles" se voient proposés comme les admissibles, directement par le jury de l'ENS, une équivalence de deuxième année de licence (L2) dite "par intégration".

Le concours de l'ENS appartient à la "banque d'épreuves littéraires" (Bel), si bien que l'écrit permet de se porter candidat pour l'admission à d'autres Ecoles.

Il est encore plus courant de bénéficier de l'équivalence de L2 proposée par le conseil de classe pour continuer ses études universitaires, dans sa spécialité, en licence pluri-disciplinaire ou en double licence. 

Résultats 2019 :

- 1 admis à l'ENS Lyon, 3 sous-admissibles

- 4 admis.es par le biais de la Banque commune d'épreuves littéraires dans les Ecoles suivantes : Neoma (Rouen et Reims), Toulouse Business School, (Dijon), Kedge (Bordeaux)

- 1 admise à Sc po.

- 1 admise au Celsa

-- 6 admis.es à l'Ecole du Louvre

Résultats 2017 :

- 6 sous-admissibles

- 4 admis.es par le biais de la Banque commune d'épreuves littéraires dans les Ecoles suivantes : Skema (campus Lille), Neoma, School of Business (Dijon), Audencia (Nantes)

- 1 admis à Sc po.

- 1 admise Ecole du Louvre

Résultats 2016 :

- 1 sous-admissible

-  14 admis.es par le biais de la Banque commune d'épreuves littéraires dans les Ecoles suivantes : EC de Rennes, Neoma, School of Business (Dijon), Audencia (Nantes)

- 1 admise Ecole du Louvre

Débouchés

 

Les classes préparatoires littéraires sont un formidable tremplin pour les études en sciences humaines. La qualité de l’enseignement dispensé, les conditions de travail exceptionnelles et les acquis méthodologiques garantissent à l’étudiant de bons résultats à l’université dans la suite de son cursus en littérature, histoire des arts, histoire-géographie, philosophie, langues anciennes, langues vivantes…

Qu’on réussisse ou non les concours d’entrée aux Écoles normales supérieures, c’est la voie royale pour les métiers de l’enseignement et de la recherche (professeur des écoles, certifié, agrégé, docteur ès lettres). C’est également une base solide pour des études de documentaliste, bibliothécaire ou conservateur des bibliothèques, éditeur, journaliste…

L’approfondissement proposé en géographie permet de préparer les étudiants aux métiers de l’aménagement, à toutes échelle (des territoires, de l’urbanisme), au sein des collectivités territoriales notamment.

Les Écoles de commerce, les IEP et le Celsa recherchent des étudiants au profil littéraire et leur proposent des épreuves spécifiques, adaptées à l’enseignement reçu en khâgne. Ce débouché est une chance unique d’accéder aux métiers de management culturel, de consultant, de chargé de communication, de responsable des ressources humaines…

Enfin, l’option histoire et théorie des arts, assurée par le lycée Hélène Boucher, permet de poursuivre une carrière de chercheur, mais aussi de tenter les concours du Patrimoine.

 

Témoignages

« Je suis arrivé à la prépa Hélène Boucher en année de khûbe, et je pense que la consolidation de mes acquis au cours de cette année a été essentielle pour la réussite du concours de l’ENS.

Concrètement, les observations et les encouragements de mes professeurs m’ont beaucoup aidé à progresser et à rester mobilisé tout au long de l’année, en particulier dans les matières où je partais avec quelques faiblesses. J'ai pu souvent échanger avec mes enseignants et leur demander conseil. En l’occurrence, mes professeurs de spécialité m’ont régulièrement aidé à définir et préparer mes candidatures secondaires; il me serait donc resté de nombreux débouchés intéressants si j’avais manqué le concours principal.

Par ailleurs, la coopération au sein de la classe m’a aussi été très utile, puisque nous avions notamment décidé de mettre nos diverses fiches en commun. L’esprit de corps a vraiment joué pour garder le moral et ce nouvel environnement m’a beaucoup aidé. »

Matthieu Duigou, élève en géographie à l’ENS de Lyon (promotion 2019)

« Je suis reconnaissante envers l’équipe des professeurs d’Hélène Boucher pour trois années de prépa qui m’ont été très bénéfiques. Les professeurs y assurent un accompagnement personnel et privilégié. Ce cadre m’a permis de travailler sereinement et efficacement. Je recommande donc vivement ce passage par les classes préparatoires, et plus particulièrement celles d’Hélène Boucher. J’ai pu y acquérir un socle de connaissances solide, ainsi qu’une méthode et une capacité de travail non négligeables pour la poursuite de mes études. En plus de la préparation du concours de l’ENS, une équipe de professeurs impliquée m’a accompagnée, avec un petit groupe, dans la préparation des épreuves écrites et orales des écoles de commerce. Mes années à Hélène Boucher ont été pour moi un véritable tremplin pour la suite de mes études. »

Axelle Barbier, sous-admissible en 2019, étudiante du Programme Grande Ecole de Toulouse Business School

« Je garde un très bon souvenir des deux années que j’ai passées en classe préparatoire à Hélène Boucher, qui ont été sans aucun doute les plus enrichissantes de mes études. Grâce à l’exigence des professeurs et de la formation, j’ai appris à me dépasser et à pousser plus loin ma réflexion.

J’ai toujours eu plaisir à assister aux cours grâce aux professeurs très investis et disponibles qui parviennent vite à nous transmettre leur passion. Hélène Boucher est une prépa à taille humaine, ce qui permet de progresser dans les meilleures conditions grâce à un accompagnement personnalisé et qui favorise l’entraide entre les élèves.

Grâce à la prépa, j’ai acquis une solide culture générale et appris à analyser et problématiser, ce qui m’a été très précieux dans la suite de mes études, d’abord en double licence philosophie-lettres à la Sorbonne puis lorsque je me suis orientée vers le numérique. Ces deux années généralistes offrent une base solide, tant d’un point de vue méthodologique que personnel, qui sera utile quelles que soient les études que vous poursuivrez parmi les nombreux choix qui s’ouvrent à vous après la prépa. » 

Judith Fauconnier, étudiante en master (numérique) à Sc Po Paris, sous-admissible en 2017

« Après un bac L option Anglais renforcé, j'ai décidé de poser ma candidature pour entrer en hypokhâgne à Hélène Boucher. La classe prépa a été une vraie chance pour moi, je n'avais aucune idée concernant mon orientation. Ces années m'ont permis d'acquérir une grande culture littéraire, mais aussi d’affiner mon goût pour les sciences humaines. Surtout, je retiens que mes professeurs ont toujours été très disponibles et à l’écoute des élèves, et c’est évidemment à eux que je dois ma réussite scolaire. La promotion est aussi relativement restreinte pour une prépa parisienne et l’ambiance est très chaleureuse. Ainsi, malgré la charge importante de travail qu'ont représentée ces trois années de prépa pour moi (hypokhâgne, khâgne, cube), je ne me suis jamais senti mal à l'aise et j'ai toujours disposé de conditions idéales pour travailler. Ce n'est donc pas sans nostalgie que j'ai quitté Hélène Boucher. »

Adrien de Jarmy, étudiant en histoire à l’ENS de Lyon (promotion 2010 / sortie 2013)

 

Base anciens élèves

 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now